PORTRAIT | Adeline Jouan et ses idées naturelles - Flotte | Vêtements Imperméables Recyclés et Colorés

PORTRAIT | Adeline Jouan et ses idées naturelles

Adeline l’avoue, “même aujourd’hui”, elle fait encore “de nouveaux pas”. Jeune femme de 32 ans, elle a grandi en Normandie. Née à Dieppe, la petite Adeline n’arrive à Paris qu’à 21 ans pour finir ses études. Ses premières années, elle les passe alors à la campagne, bien loin de la folie citadine. Son quotidien se résume à cueillir les jonquilles en famille et puis, quand la saison arrive, “ramasser les champignons”, et “aller à la plage voir les vagues des grandes marées”. Bref, une vie assez simple, pensez-vous. Mais non, c’est bien plus que ça, c’est apprendre à être connecté à la nature, vivre en harmonie avec les éléments et les animaux.

C’est précisément ses racines qui ont forgé la personnalité, les préoccupations et les valeurs d’Adeline. Mannequin dans la vie, elle est aussi l’auteure du blog Mes idées naturelles, un trésor pour toutes les personnes qui cherchent à vivre et à consommer plus responsable 🌱

Voler de ses propres ailes

Si Adeline a toujours été sensibilisée à la préservation de l’environnement, sous toutes ses formes, ses convictions se sont surtout affirmées lorsque l’indépendance a pointé le bout de son nez à 18 ans. Vivre seule, c’est “faire tes propres choix” mais aussi prendre “plus de décisions”. Alors oui, la jeune Adeline qui rêvait d’être océanographe et pour qui le commandant Cousteau était “son idole” est toujours là arrivée à l’âge adulte, mais elle façonne et nourrit son intérêt pour la nature autrement.

En fait, même dans ses choix d’études supérieures, Adeline s’est dirigée vers des voies qui la rattachent au domaine des milieux naturels et plus largement à la dimension scientifique. Et bien oui car, même avec toute la volonté du monde, on se voit parfois refuser les accès dont on aurait rêvé. C’est ainsi qu’Adeline, “pas assez bonne en maths”, n’a pas pu intégrer la filière S au lycée. Mais si vous croyiez que ça l’arrêterait, loin de là. Elle rejoint une licence de géographie à Rouen puis le master gestion des écosystèmes et milieux naturels à Paris, ce qui lui permet de rencontrer et d'écouter des intervenants, de débattre, de parler de sujets qui l’intéressent vraiment

Au même moment, Adeline est repérée et se voit propulsée dans le monde du mannequinat. D’abord, elle concilie sa vie d’étudiante et sa vie de mannequin. Puis très vite, elle passe à temps plein et se lance totalement dans le monde de la mode. Ce qui ne devait être au départ qu'un simple essai d’un an finira par se transformer en un nouveau quotidien. Aujourd’hui, cela fait 12 ans qu’elle exerce le métier de mannequin en agence et en freelance.

 

 © Piergab 📸

 

Alors qu’elle s’épanouit dans son métier de mannequin, Adeline se questionne tout de même sur ce mélange étonnant. Elle a “l’impression d’avoir un dédoublement de personnalité”, son physique pose et sert de publicité pour faire vendre, alors que son esprit est contre l’incitation à la surconsommation. Comment concilier son métier et sa personnalité lorsqu’ils semblent si éloignés ?

Cette question, Adeline se l’est posée. Heureusement pour elle, son chemin fut parsemé de rencontres aimantes et enrichissantes. C’est un ami qui lui ouvrira les yeux, lui faisant comprendre qu’elle a “besoin de manger, de payer [son] loyer” et que pour ça, “le mannequinat c’est juste un job”. Alors, si elle aime réellement participer aux shootings et défilés, c’est tout de même là qu’Adeline a le déclic, qu’elle comprend que c'est justement à sa place, dans la mode, “là où il y a tellement de changements à faire”, qu’elle a “le pouvoir de sensibiliser les gens”. 

C’est un ensemble de raisonnements et de personnes qui lui ont appris à relativiser, et puis surtout, à déculpabiliser. Oui, travailler dans le mannequinat peut se rapporter à travailler pour une machine de la pollution moderne, mais c’est aussi un métier qui ne peut se faire que lorsqu’on l’aime. Et surtout, l’argent qu’elle gagne à poser pour des marques, elle le ré-injecte dans une économie circulaire et verte, au lieu d’alimenter infiniment l’industrie de la mode.

 

SE RETROUVER

C’est aussi lorsque toutes ces questions se posent en elle qu’Adeline décide de lancer son blog Mes idées naturelles, il y a 7 ans. À l’époque, Instagram n’était pas ce qu’il est aujourd’hui, par contre, les blogs cartonnaient. Et si c’était ça, la solution ? Elle, qui adore écrire, va se mettre à partager ses conseils au plus grand nombre. 

En partant du constat que dans son nouveau milieu professionnel elle ne “pouvait plus du tout parler d’environnement”, puisque, par définition, “sur un shooting tu poses et tu ne parles pas”, la volonté d’Adeline pour retrouver son amour pour la nature et sa passion pour la science devient urgente. Elle se donne pour mission d’aider ceux qui veulent consommer mieux en leur débroussaillant le terrain, son blog a pour objectifs de sensibiliser, d'échanger et de partager.

Il est vrai qu’à l’époque, il pouvait être compliqué pour les gens de se lancer dans cette grande aventure de “devenir éco-responsable”. Et Adeline le sait bien, puisqu’elle est elle-même passée par là lorsqu’elle a voulu s’améliorer au quotidien. Elle se place donc un peu comme une grande sœur ou un ange gardien pour toutes les personnes qui cherchent à consommer éthique, plus responsable et plus durable (et qui n’ont pas envie de s’embêter à faire des recherches interminables sur le sujet). Grâce à ses connaissances, elle teste, décrypte et met à disposition tout pleins de sujets, des plus pointues aux plus simples.

 

Aujourd’hui, elle vit “beaucoup mieux” cette dualité et s’en sert “comme une force, une valeur ajoutée auprès des marques et en agence” pour qu’on ne la choisisse plus seulement pour son physique, mais aussi et surtout pour sa personnalité

De son côté, Adeline exerce aussi son métier de mannequin en freelance. Très vite, elle a décidé que cette facette de son statut professionnel serait uniquement dédiée à des marques éthiques et responsables, des marques qu’elle choisit elle-même et qui sont en accord avec ses propres convictions.

Plus elle avance sur le chemin, et plus les choses tendent aussi à changer. Avec tous les scandales et toutes les préoccupations actuelles qui s’imposent, beaucoup de marques souhaitent faire des changements. Adeline se présente alors comme un véritable atout, une inspiration, et peut partager ses connaissances avec les équipes qui l’accompagnent, jusqu’à se retrouver à faire “de minis conférences en pause déj. Au fil du temps, elle a pu observer la frontière entre les “deux Adeline” d’auparavant s’estomper.

 

FLOTTE & ADELINE JOUAN

 

 

Si Adeline a bien accepté de travailler avec Flotte sur la campagne SS22, elle n’en a pas moins laissé de côté ses questions et son décryptage pour s’assurer que la marque respectait bien ses dires. Un véritable interrogatoire à base de “et pourquoi pas comme ça ?”, “et si vous faisiez plutôt ça ?” ! Nos fondateurs, Lyly et Mickaël, ont alors pu lui faire part de toutes leurs réflexions, leurs essais, leurs pistes de recherches. Bref, tous les axes et points d’améliorations sur lesquels ils travaillent au quotidien pour diminuer au maximum l’impact environnemental de la marque.

Et en réalité, Adeline avait découvert Flotte bien avant qu’on ne la contacte pour shooter la campagne, sa découverte date même des tous débuts de la marque ! 

🔁 Retour en septembre 2020, à Biarritz. Adeline se balade et aperçoit un sac Flotte en vitrine (en fait, c’était l’un de nos impers transformé en version transportable). En distinguant l’étiquette “éco-responsable”, elle a voulu vérifier que tout était vrai, et que Flotte ne faisait pas de greenwashing comme on en voit trop souvent aujourd’hui.

De fil en aiguille, le destin nous a réunis. On dira alors qu’il fait bien les choses.

 

ET SI TU NOUS EN DISAIS (ENCORE) PLUS SUR TOI ?

Plutôt team pluviophile ou pas trop quand même ?

Moyen moyen, mais il faut de la pluie pour avoir des fleurs donc on va dire pluviophile” -rires-

Quel est ton modèle préféré d’imperméable Flotte ?

C’est dur de choisir, moi j’ai pris le Madeleine et j’aime bien aussi le court avec les imprimés toile de jouy -Anatole-” (Mais son rêve est en fait de co-créer sa propre pièce avec nos fondateurs 😏)

Est-ce que tu as des personnalités inspirantes à nous conseiller de suivre ? 

      • Mike Horn, explorateur, aventurier de l’extrême, “j’aime beaucoup ce qu’il fait parce que ça te challenge, et de part ses expéditions (il en a fait beaucoup dans le grand froid) il a un regard sur la durée des changements de paysages, il a vu des changements et te fait découvrir pleins de trucs, sans pour autant se placer en porte-parole de l’environnement”
      • Jérémie Villet, photographe animalier, spécialiste des zones froides, “il ne fait que des photos blanches et ses photos sont magnifiques, il a aussi fait un documentaire “A White Dream” qui était magnifique”
      • “Tous les photos reporters des milieux marins, qui bossent pour National Géographic, ça te fait découvrir des espèces. Et des photos c’est hyper impactant, plus que de longs textes”

 

Suivez Adeline sur Instagram : @adelinejouan et @mesideesnaturelles 🍃


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.